Concert Vers le Paradis >

Concert
le 24

Nov.

musique symphonique

Vers le Paradis

orchestreOrchestre de Picardie

directeur musicalArie van Beek

soprano Melody Louledjian

musique symphonique

Gustav Mahler

Symphonie n°4 en sol majeur (Arrt. Klaus Simon)

Gustav Mahler compose sa Symphonie en sol majeur, « au vert », en Carinthie, durant les étés 1899 et 1900, alors qu’il vient de connaitre à Vienne ses deux premières années comme directeur de l’Opéra.

De toutes les symphonies du compositeur, la « Quatrième » apparait sans doute comme la plus « traditionnelle » par sa durée et ses effectifs instrumentaux relativement réduits, sa forme en quatre mouvements dont les trois premiers obéissent aux modèles classiques : un « Allegro » (au tempo modéré) de forme sonate, un Scherzo, un mouvement lent ….

Il est vrai que le dernier s’en éloigne considérablement. En guise de Finale, se fait entendre en effet une voix de soprano exaltant Das Himmilische Leben (« La Vie céleste »), du nom du lied extrait du célèbre recueil de poésies populaires Das Knaben Wunderhorn (« Le Cor merveilleux de l’Enfant ») dont les textes ont été abondamment mis en musique par Mahler.

« D’une expression sereine et enfantine, absolument sans parodie », indique le compositeur à propos de ce lied décrivant les plaisirs innocents (y compris gastronomiques) du paradis. Une grâce angélique et populaire empreint réellement cette musique. On atteint ici une sorte « d’absolu mahlérien », un aboutissement indépassable vers lequel convergent, à la façon d’un parcours autobiographique, les trois premiers mouvements.

Le premier, dans un tempo modéré, semble un hommage délicieusement « surligné » à Mozart et Haydn, tandis que le Scherzo reprend la veine à la fois rustique et satanique si habituelle au musicien, mais d’une manière adoucie, comme « civilisée » par l’art classique en quelque sorte. Plus complexe, le mouvement lent développe une longue méditation, interrompue à la fin par une grandiose explosion de joie, ouvrant la porte du Paradis, de cette Vie céleste tant désirée.

Durée : 1h00

⇣ Cliquer sur la salle

mardi 24 novembre20h00
Paris