du 14
Sept.
au 16
Sept.
photo concert

musique symphonique

Johann Christian Bach
Sinfonia n°2 en si bémol majeur op.18 Lucio Silla
Wolfgang Amadeus Mozart
Concerto pour hautbois en do majeur K314
Kurt Schwertsik
Mozart, auf und davon
Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie n°38

Une splendide Sinfonia de Johann Christian Bach (1775) aux troublants échos mozartiens, un hommage malicieux du viennois Kurt Schwertsik (né en 1935) à son illustre compatriote : c’est Mozart « avant et après » qu’on retrouve dans ce concert dirigé par le dynamique chef lituanien Modestas Barkauskas…. Quant au génial compositeur lui-même, il y sera représenté dans ses années « galantes » par le délicieux et chantant Concerto pour hautbois (1777) qu’abordera le tout jeune virtuose espagnol Jesus Pinillos Rivera…. En attendant la royale conclusion consacrée à l’une de ses plus belles et grandes symphonies.

Créée à Prague en janvier 1787 (d’où son sous-titre), la Symphonie n°38 en ré majeur marque en effet une évolution décisive dans l’art symphonique du maître. Son introduction lente notamment, présente des développements gigantesques pour l’époque et que l’on ne retrouvera que chez Beethoven (Septième Symphonie).

D’une expression divinement mystérieuse, l’Andante en sol majeur soumet la grâce indéfinissable de son thème à des sombres teintes harmoniques, à de poignants accents de douleur. Un jeu permanent entre la beauté du chant et le « travail des motifs », entre le charme et la profondeur, le lyrisme et le drame, se dissimule sous l’évidence surnaturelle d’une ligne mélodique constamment renaissante.

Enfin, si le Presto s’ouvre sur un opportun rappel d’un air des Noces de Figaro, on ne manquera pas d’en relever la parenté rythmique avec le motif syncopé de l’Allegro du premier mouvement… Comme si l’étourdissante vivacité propre à l’opéra buffa prêtait main-forte à l’énergie souverainement symphonique qui emporte ce Finale du début à la fin.