Concert Le Piano de Clara >

Concert
le 26

Mai

musique symphonique

Le Piano de Clara

orchestreOrchestre de Picardie

directeur musicalArie van Beek

piano Selim Mazari

musique symphonique

Richard Strauss

Le Bourgeois Gentilhomme

Clara Wieck Schumann

Concerto pour piano en la mineur

Un soir de novembre 1835, au Gewandhaus de Leipzig, une jeune pianiste de 16 ans à peine, interprétait, sous la direction de Felix Mendelssohn, un concerto de sa composition. Déjà bien connue dans sa ville natale comme enfant prodige, Clara Wieck remporta un joli succès. Son Concerto en la mineur, virtuose et brillant à la mode du temps, révélait aussi une grâce d’inspiration particulière, comme dans le très sensible mouvement lent (Romance) où le piano dialogue avec un violoncelle solo… On sait que, devenue quelques années plus tard Mme Schumann, Clara devait continuer à composer de belles choses, même si ce bijou de prime jeunesse reste finalement son œuvre la plus ambitieuse.

C’est un tout autre univers que l’Orchestre de Picardie nous propose en ouverture de concert, avec la fantaisie en forme de suite d’orchestre que Richard Strauss tira en 1920 de sa musique de scène pour Le Bourgeois gentilhomme de Molière. Neuf numéros s’y succèdent :

1) Ouverture de l’acte I, « Jourdain le bourgeois » ; 2) Menuet ; 3) Le Maitre d’Armes ; 4) Entrée et Danse des Tailleurs ; 5) Menuet de Lully ; 6) Courante ; 7) Entrée de Cléonte ; 8) Prélude de l’Acte II, « Intermezzo » ; 9) Le Dîner, « Musique de table et Danse des marmitons ».

Jouant délibérément l’anachronisme, Strauss exploite avec brio les ressources d’un ensemble de solistes : le  « clavecin » (évidemment un piano) se lance dans des cadences de bravoure, le « premier violon du Roy » dans un solo « chorégraphique » digne de celui du Lac des Cygnes etc… Le « Menuet de Lully » ou la « Sarabande » (reprise du même auteur) dégagent cependant une subtile nostalgie du Grand Siècle… Enfin, avec ses parodies de Wagner, Verdi et de Strauss lui-même (Don Quichotte) le Dîner prend les allures d’un véritable poème symphonique burlesque.

Durée : 1h00

⇣ Cliquer sur la salle

mardi 26 mai20h00
Paris