du 21
Mai
au 24
Mai
photo concert
direction Jonathan Berman
clavecin Justin Taylor

musique symphonique

Wolfgang Amadeus Mozart
Sérénade n°12 en do mineur K 388
Jules Matton
Concerto baroque
Johann Sebastian Bach
Concerto n°1 en ré mineur pour clavecin et cordes BWV 1052
Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie n°34

Justin Taylor et Jules Matton, deux étoiles montantes de la jeune génération française du clavecin et de la composition se rencontrent sous la direction du chef britannique Jonathan Berman…

Pour se nourrir de l’esprit « baroque » le Concerto pour clavecin et petit orchestre (2015), n’en développe pas moins une exubérante autorité d’écriture, d’un tour très personnel. Et mérite assurément d’enrichir le répertoire plutôt limité du clavecin concertant aux XXe et XXIe siècles. Quant au Concerto en ré mineur Bwv 1052, c’est le plus célèbre de tous les concertos pour clavecin que Bach écrivit à Leipzig  dans les années 1730. Il est vrai que la magnificence de sa partie soliste, son intense vitalité rythmique n’ont guère d’équivalents.

De tous les grands compositeurs universels, Mozart est  celui qui aura le plus aimé les instruments à vent. La Sérénade K.388 (1782) en est un exemple éclatant, mais aussi très singulier, si l’on se rappelle qu’à l’époque le genre de la « sérénade » était réservé à la musique de divertissement. Or, par le climat dramatique de l’Allegro initial (en ut mineur), ses quatre mouvements, sa densité d’expression, l’œuvre se rapproche d’une véritable symphonie, et non des moindres !

Autre merveille mozartienne, le Symphonie n° 34 en do majeur (1780) n’a que trois mouvements, ce qui pourrait faire penser à l’influence de la sinfonia italienne et de sa forme vif-lent-vif. Il est vrai aussi que le rythme de tarentelle qui emporte le lumineux Finale évoque « le pays qui dispense le bonheur » (comme dira plus tard Mendelssohn à propose de sa propre Symphonie  « italienne »). Cependant, « l’héroïque » Allegro (avec son ineffable attendrissement au second thème), ou encore le sublime Andante peuvent se passer de références… Ces pages sont, comme encore et toujours chez Mozart, simplement miraculeuses.

 

L’Orchestre de Picardie est en résidence à la Maison de la Culture d’Amiens.

retrouvez nos concerts sur www.maisondelaculture-amiens.com