musique de chambre

Franz Schreker
Der Wind
Camille Pépin, compositrice en résidence à l’Orchestre de Picardie
Luna
Ralph Vaughan Williams
Quintette pour violon, violoncelle, cor, clarinette et piano

Joli programme, rare et original, que nous proposent les solistes de l’Orchestre de Picardie réunis autour d’un piano dans une formation de cordes et de vents.

« Brumeux, mystérieux ; Incantatoire ; vif, nerveux, plus lumineux, éclatant »… Telles sont les suggestives indications données par Camille Pépin pour son quintette (Luna) en trois mouvements. Éloquente et magnifiquement « bien sonnante »  cette pièce de 2015 représentera un des volets « chambristes » de la résidence de la jeune et brillante compositrice.

A l’origine musique de ballet composée en 1909, Der Wind ne fut redécouvert qu’en 1958. Ce bref quintette jette un aperçu captivant sur l’art de Franz Schreker (1878-1934), compositeur viennois trop oublié aujourd’hui. Caresses et feux-follets sonores s’y ébattent dans une couleur très « fin de siècles », évoluant vers des épisodes plus dramatiques, avec quelques réminiscences de La Nuit transfigurée de Schoenberg. Il faut dire que les deux compositeurs étaient très proches en ces années-là…

Redécouvert bien plus récemment encore (2001), le Quintette en ré majeur datant de la jeunesse de Ralph Vaughan Williams (1898), surprendra sans doute les admirateurs du grand compositeur britannique. Loin du langage « hyper modal » de la maturité, l’œuvre semble un véritable hommage à Brahms, autant par le style que par la présence du cor et de la clarinette, les instruments à vent chéris du maitre germanique. On n’y ressent aucun mimétisme pourtant, mais de l’humour (la « valse » de l’Intermezzo) du lyrisme (Andantino) et une inspiration à la fois fougueuse et maitrisée qui « emporte littéralement le morceau » dans le Finale Allegro molto.

L’Orchestre de Picardie est partenaire de l’Opéra de Lille.