le 18
Déc.
à l'Université de Picardie Jules Verne
photo concert

musique de chambre

Johannes Brahms
Sextuor n°2
Leon First
Little Morning Divertimento
Niels Wilhelm Gade
Octuor op.17

Tout jeune compositeur slovène, au catalogue déjà impressionnant, Leon Firšt (né en 1994) aime marier les formes et sonorités classiques avec les rythmes d’aujourd’hui. Son frais et robuste  « Petit Divertissement du Matin »  qui rend un  hommage subliminal à Mozart et à la Petite Musique de Nuit, en est un bel exemple. Et constitue un agréable complément au superbe programme romantique que nous proposent les chambristes à cordes de l’Orchestre de Picardie et de l’Orchestre «  Radio Symphonique » de Slovénie.

Le second Sextuor de Brahms (1865) conjugue certaines caractéristiques plutôt contrastées de son génie. Ainsi un climat d’ensemble aéré et « pastoral » (rappelant celui des Sérénades de jeunesse) coexiste-t-elle avec la véritable grandeur symphonique dont fait preuve notamment l’admirable premier mouvement. Et l’on appréciera encore la liberté d’allure du Scherzo, aux accents un peu archaïques,  la profondeur méditative du Poco Adagio, avant de retrouver une atmosphère plus vive et enjouée dans le brillant Finale.

Au moment de composer son propre Octuor pour cordes (qu’il achèvera en 1849), Niels Gade (1817-1890) s’était forcément souvenu du 18 novembre 1843 à Leipzig où il participa, en tant qu’altiste, à l’une des mémorables exécutions de l’Octuor de Mendelssohn, un compositeur dont il était proche. Comme un hommage au mentor et ami (mort en 1847), une belle fougue juvénile anime l’œuvre du musicien danois, dont on louera de surcroît la splendide richesse sonore, la remarquable fermeté d’écriture.