du 8
Févr.
au 9
Févr.
photo concert
direction Léo Margue

musique symphonique

Camille Pépin, compositrice en résidence à l’Orchestre de Picardie
Vajrayana
Dmitri Chostakovitch
Symphonie n°9 en mi bémol majeur op.70

L’excellence de la jeunesse : c’est ainsi qu’on pourrait qualifier la distribution de ce concert  où Léo Margue, nommé comme chef-assistant à l’Orchestre de Picardie la saison dernière, revient diriger Camille Pépin,  la brillante compositrice en résidence de cette année… Belle musique de « création du monde », somptueusement orchestrée,  Vajrayana (inspirée de la cosmogonie tibétaine) a remporté en 2015 le très renommé concours de composition  « Ile de Création » en Région Ile-de-France.

 

Annoncée comme une fresque grandiose destinée à célébrer la victoire de Staline sur Hitler, la 9e Symphonie de Chostakovitch provoqua stupeur et malaise à sa création à Leningrad le 25 novembre 1945. Au lieu de la « 9e de Beethoven soviétique » espérée par le pouvoir, on découvrit une œuvre légère et plutôt néoclassique d’allure, par ailleurs pleine de dérision et de sarcasmes.

« Du cirque ! Du cirque ! » Telle est l’injonction que le compositeur avait adressée au chef d’orchestre Ievgueni Mravinski  lors des répétitions… Et en effet, c’est bien cette ambiance qui s’installe, dès l’Allegro, fouetté d’un trombone comique et brutal. Une image que confirmeront les mélodies funambulesques et les « valses tristes » du Moderato ou encore  les trompettes « vulgaires » et les cuivres pétaradant  du Scherzo…

Cependant la fin du Largo verra apparaître des accords religieux aux cordes pianissimo comme pour annoncer quelque consolante métamorphose… Las ! C’est un thème pimpant, comme sorti d’une ouverture d’opérette qu’amènera l’Allegretto, et qui se développera avec une verve aussi  éblouissante que forcée, telle une version sourdement désespérée d’un Finale de Haydn.