Concert Mozart, Beffa et le « Mozart français » >

Concert

du 12

Sept.

au 26

Sept.

musique symphonique

Wolfgang Amadeus Mozart

Sérénade n°6 en ré majeur dite « Serenata notturna » K.239

François Devienne

Concerto pour flûte n°7

Wolfgang Amadeus Mozart

Symphonie n°29 en la majeur K.201 (186a)

Nommé depuis août 1771 (à quinze ans !)  Konzertmeister titulaire de la Cour de Salzbourg, Mozart est un jeune maître plein d’énergie, insufflant aux « divertissements musicaux » qu’on lui commande sans cesse, la touche personnelle, inattendue et, à l’occasion, malicieuse, de son fulgurant génie.

C’est par exemple le cas de la Serenata notturna (K.239) composée en janvier 1776 et dont le caractère joyeux et festif recueillait peut-être les échos du Carnaval qui se déroulait au même moment à Vienne. On en remarque d’emblée la distribution instrumentale particulière en deux ensembles distincts, un peu à la manière du « concerto grosso » baroque, même si ce genre de formation avait surtout permis à Mozart d’y introduire nombre d’effets théâtraux, voire comiques. Ainsi les contrastes appuyés de la Marche initiale, avec timbales gaiement tonitruantes, l’allure un rien pompeuse du Menuet…Etenfin un Rondo véritablement carnavalesque, avec ses changements de tempo, ses points d’orgue imprévus, ses parodies de musique « sérieuse », ses savoureuses ruptures de ton…

Plusieurs mois auparavant, en avril 1774, Mozart avait signé, avec la Symphonie en la majeur n° 29 (K.201) un chef-d’œuvre d’un tout autre esprit. Rien qu’à l’écoute du premier thème, s’y affirme en effet cette formidable autorité et ce sentiment de gravité farouche que porteront tant d’œuvres de la maturité du maître. De semblables lignes de force, nerveuses, impatientes, investiront l’Andante et le Menuet, tandis que le Finale y ajoutera une touche de joyeuse férocité : le rythme implacable, les grands intervalles, les gammes en fusées, y font penser à de larges soufflets, méthodiquement appliqués sur quelques joues seigneuriales de la Cour…

Contemporain de l’illustre natif de Salzbourg, François Devienne (1859-1803), parfois surnommé le « Mozart français », mena à Paris une brillante carrière de flûtiste, pédagogue et d’infatigable pourvoyeur d’œuvres instrumentales et lyriques… Ses concertos pour flûte restent aujourd’hui des pièces majeures du répertoire pour l’instrument. François Garraud nous en donnera une éloquente illustration avec le gracieux et très virtuose Concerto n° 7, en mi mineur (1797) remarquable notamment pour son entrainant Rondo final.

Enfin, pour rester dans une veine aimable et divertissante, on appréciera le très suave intermède « cross-over » que nous propose Karol Beffa avec son « Tango pour orchestre », Plaza Mayor composé en 2016.

Durée : 1h00 avec entracte

⇣ Cliquer sur la salle

samedi 12 septembre20h00
Braine

2 Avenue Pierre Becret 02220 Braine

Tarifs

entrée gratuite

vendredi 25 septembre20h00
Ham

rue de la ville 80400 Ham

03 23 81 00 00

Envoyer un mail

Tarifs

entrée libre avec libre participation

samedi 26 septembre20h00
Montcornet

Place Foch 02340 Montcornet

03 23 21 73 20