Cette page requiert que JavaScript soit activé pour fonctionner correctement. / This web page requires JavaScript to be enabled.

JavaScript is an object-oriented computer programming language commonly used to create interactive effects within web browsers.

How to enable JavaScript?

Festival de Saint-Riquier – Baie de Somme – Orchestre de Picardie
Logo Orchestre de Picardie
Logo Orchestre de Picardie

DISTRIBUTION
DU CONCERT

DATES
ET LIEUX

mercredi 27 octobre 20h30 Saint-Riquier icone billeterie à cliquer

Abbaye royale

Centre Culturel Départemental de Saint-Riquier 80135 Saint-Riquier

03 60 03 44 77

PROGRAMME
DU CONCERT

Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano n°3 en do mineur op.37
Ludwig van Beethoven
Symphonie n°8 en fa majeur op.93

Le plus non-conformiste des pianistes français n’en chérit pas moins « son » Beethoven, un amour qu’il partagera avec l’Orchestre de Picardie et son chef dans un programme entièrement dédié au compositeur.

Cousin de la symphonie « Héroïque » en quelques aspects, le Concerto n° 3 en ut mineur (1802)en impose dès l’Allegro par son extraordinaire carrure tonale, la pureté conquérante de son discours. En contraste, la divine lenteur du Largo reculera les limites audibles du phrasé classique en un sublime « Nocturne » teinté de religiosité…Avant que, dans une clarté sans pareille, ne revienne le jour avec un Finale (Allegro con brio) insouciant, euphorique, emmené par le tintement agile du piano, l’exultation dansante de l’orchestre…

Beethoven l’appelait « ma petite symphonie » … Ce qui signifiait surtout qu’il chérissait particulièrement cette Symphonie n°8 qui, lors de sa première audition en 1814, avait reçu un accueil plutôt tiède. A vrai dire, l’œuvre démontre d’abord l’imprévisible cheminement créateur du maître. Ainsi, après une Septième Symphonie grandiose et visionnaire, le maitre changeait soudain de régime avec un certain « retour à Haydn » dans les trois premiers mouvements. Sans oublier un côté franchement « farceur » dans l’Allegretto Scherzando (une imitation du tic-tac du métronome) !

On aurait toutefois tort de ne considérer les innovations de la 8e symphonie sous le seul aspect d’un « néoclassicisme » avant la lettre. Ainsi que le montre le magistral et foudroyant Allegro vivace, sans aucun doute un des plus extraordinaires de tous les Finale symphoniques de Beethoven.

Concert capté par Radio Classique.

PARTENAIRES

PHOTOS & VIDÉOS
DU CONCERT

Photo du concert