Concert Musique et peinture >

Concert

du 22

Mars

au 27

Mars

musique symphonique

Musique et peinture

en partenariat avec le Musée de Picardie

orchestreOrchestre de Picardie

directeur musicalArie van Beek

harpe Emilie Gastaud

musique symphonique

Gabriel Fauré

Pelléas et Mélisande - suite op.80

Germaine Tailleferre

Concertino pour harpe et orchestre

Felix Mendelssohn

Symphonie n°3 Ecossaise

Concert avec projection de chefs-d’œuvre du Musée de Picardie

Peu attiré par l’orchestre, Gabriel Fauré aura pourtant laissé quelques œuvres symphoniques marquantes provenant, pour l’essentiel, de commandes de musiques de scène. Il fut ainsi le premier compositeur, avant Debussy, Sibelius et Schoenberg à illustrer en 1898  le drame de Maeterlinck Pelléas et Mélisande. S’attachant surtout, dans la suite d’orchestre qu’il en tira en 1901, au personnage de Mélisande, Fauré avait su en évoquer l’aura  de mystère impalpable, de douce tristesse, avec un mariage de charme et de tragique qui n’appartient qu’à lui.

«  C’est de la musique qui sent bon », disait Darius Milhaud à propos de sa collègue et amie Germaine Tailleferre (1892-1983). Le  Concertino pour harpe et orchestre ne démentira pas cette impression, même s’il faudra parler aussi de sa luminosité, de l’alliance enchanteresse  entre les sonorités enveloppantes de la harpe et les couleurs vives et précises de l’orchestre. A vrai dire la « magie » de l’orchestre ravélien n’est pas si loin, une « influence » que la compositrice décline à sa manière, par exemple en y associant, dans le Finale, les accents joyeux d’une ronde populaire…

Composé en 1927 et dédié à son mari, le caricaturiste Ralph Barton, l’œuvre  est aussi liée à  histoire personnelle de la musicienne et, indirectement, à sa condition de femme créatrice : le couple devait bientôt se séparer (Barton, dépressif et jaloux, se plaignait d’être en passe de devenir « M. Tailleferre »). Il est très probable que le côté solaire et optimiste du Concertino n’était pas sans rapport avec l’espoir de sauver son mariage.

Ébauchée dès 1829, lors d’un séjour en Écosse, la Symphonie n°3 de Mendelssohn eut une longue genèse, marquée par bien des doutes, même si ceux-ci furent heureusement dissipés par une création triomphale à Leipzig en 1842. Nourrie autant  d’impressions de voyage que des lectures de Walter Scott, « l’Écossaise » compte parmi les hauts chefs d’œuvres symphoniques du compositeur.

L’Orchestre de Picardie est en résidence à la Maison de la Culture d’Amiens.

Durée : 1h15 avec entracte

⇣ Cliquer sur la salle

dimanche 22 mars16h00
Verdun

9 Quai Général Leclerc 55100 Verdun

03 29 86 32 96

jeudi 26 mars20h30
Noyon

6 Place Aristide Briand 60400 Noyon

03 44 93 28 20

Tarifs

tarif plein 15€

tarif réduit 10€

tarif réduit 5€

vendredi 27 mars20h30
Amiens

2 Place Léon Gontier 80000 Amiens

03 22 97 79 77

Site internet >

Tarifs

carte MCA A,B,C : 17 €

carte MCA D,E : 13€

Individuel plein tarif : 29€ - groupe : 26€

19-26 ans et DE : 20€

-19 ans et bénéficiaire RSA : 13€