Cette page requiert que JavaScript soit activé pour fonctionner correctement. / This web page requires JavaScript to be enabled.

JavaScript is an object-oriented computer programming language commonly used to create interactive effects within web browsers.

How to enable JavaScript?

La Musique d’Orphée – Orchestre de Picardie
Logo Orchestre de Picardie
Logo Orchestre de Picardie

DISTRIBUTION
DU CONCERT

direction

DATES
ET LIEUX

mercredi 13 avril 20h30 Péronne icone billeterie à cliquer

Espace Mac Orlan

4 Av. de la République 80200 Péronne

jeudi 15 juin 20h30 Laon icone billeterie à cliquer

Église Saint-Martin

Place Soeur Marie Catherine 02000 Laon

03 23 20 87 50

PROGRAMME
DU CONCERT

Christoph Willibald Gluck
Orphée et Eurydice - ouverture
Ludwig van Beethoven
Concerto pour piano n°4
Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie n°40

Modeste par ses dimensions et même son contenu musical, l’énergique Ouverture d’Orphée et Eurydice, le chef-d’œuvre de Gluck (1774), n’en possède pas moins cette indiscutable « odeur des planches » toujours réjouissante en début de concert. D’autant qu’avec Beethoven, on ne quittera pas tout à fait le fameux mythe. En effet, l’évocation d’Orphée réussissant à charmer les Furies a souvent été avancée comme « scénario poétique » de l’extraordinaire mouvement lent (Andante con moto) du Concerto pour piano n°4…

Créé le 22 décembre 1808 à Vienne, celui-ci est généralement considéré comme la plus novateur des cinq concertos pour piano laissés par le compositeur. Chose incroyable : au lieu de l’énergique introduction orchestrale de règle à l’époque, c’est une douce et pensive confidence du piano solo que les auditeurs de la création entendirent tout d’abord… Le Rondo vivace ne sera pas moins audacieux avec sa « fausse » tonalité initiale en do majeur et son esprit symphonique inhabituel dans un Finale de concerto. Quant à l’Andante con moto en mi mineur, quelle que soit l’interprétation qu’on en donne, sa manière inédite et formidablement éloquente de faire dialoguer en alternance le soliste et l’orchestre, restera comme une des pages les plus saisissantes de l’histoire de la musique.

Datée de juillet 1788, la Symphonie n°40 en sol mineur était vénérée des musiciens romantiques, et notamment de Schumann qui en parlait comme « une œuvre dont chaque note est de l’or pur, chaque partie, un trésor ». Cette partition, illustre entre toutes, et incontestablement la plus « romantique » de Mozart, n’est pas sans évoquer une certaine thématique donjuanesque. Le climat à la fois hédoniste et tourmenté qui la traverse s’y conjugue en effet avec une sorte de mélancolie corrosive, pouvant aller jusqu’à certains accès de morbidité dans le Finale. Ce qui n’épuise pas, il s’en faut, la grandeur et l’immense richesse de cette symphonie, ainsi que le démontrent la sublime méditation de l’Andante en mi bémol ou la rayonnante polyphonie du Menuet.

PARTENAIRES

PHOTOS & VIDÉOS
DU CONCERT

illustration Vialma

L’Orchestre de Picardie est partenaire de Vialma, le service de streaming français dédié à la musique classique et au jazz !

Vialma vous donne accès à un catalogue inépuisable d’1.5 million de titres de musique classique et de jazz en haute qualité audio, mais pas seulement ! Vidéos de concert en HD et événements en livestream, playlists personnalisées, articles de fond, jeux, podcasts et beaucoup d’autres surprises vous attendent. Vous pourrez aussi suivre notre orchestre sur Vialma et découvrir nos playlists, vidéos et articles