Cette page requiert que JavaScript soit activé pour fonctionner correctement. / This web page requires JavaScript to be enabled.

JavaScript is an object-oriented computer programming language commonly used to create interactive effects within web browsers.

How to enable JavaScript?

Une Grande « petite » Symphonie – Orchestre de Picardie
Logo Orchestre de Picardie
Logo Orchestre de Picardie

DISTRIBUTION
DU CONCERT

direction
violoncelle

DATES
ET LIEUX

jeudi 12 mai 20h30 Laon icone billeterie à cliquer

Église Saint-Martin

Place Soeur Marie Catherine 02000 Laon

03 23 20 87 50

vendredi 13 mai 20h00 Boves icone billeterie à cliquer

Salle Gervais Leprêtre

Chemin du Stade 80440 Boves

samedi 14 mai 20h30 Hirson icone billeterie à cliquer

Salle de l'Eden

80 Rue Charles de Gaulle 02500 Hirson

vendredi 20 mai 20h00 Lagny-le-Sec icone billeterie à cliquer

Église Saint-Pierre et Saint-Paul

60330 Lagny-le-Sec

PROGRAMME
DU CONCERT

György Ligeti
Concert Românesc
Luigi Boccherini
Concerto pour violoncelle G.479
Alexandre Jamar
Nouvelle œuvre - création mondiale (CNSMDP) avec projection d'oeuvres du FRAC Picardie Hauts-de-France
Ludwig van Beethoven
Symphonie n°4

Originaire de Transylvanie (alors en Hongrie), György Ligeti s’est, notamment à ses débuts, beaucoup intéressé à la musique populaire. Son Concerto roumain pour petit orchestre (1951) date de l’époque où il était étudiant à l’Institut du Folklore de Bucarest. Dans la lignée de Bartók et Kodaly, l’œuvre fait appel à des mélodies et tournures populaires plus ou moins stylisées. Au-delà de quelques touches de « modernisme » cependant, un cachet déjà très personnel s’y affirme. Tel par exemple cet emploi du cor en solo (3e mouvement) évoquant les sonorités du « cor des Alpes » que le compositeur avait pu entendre enfant dans les Carpates.

Si Boccherini ne fut pas le premier à utiliser le violoncelle comme soliste de concerto, il fut incontestablement le grand pionnier du genre. Son Concerto en ré majeur G.479, publié en 1770, en reste un exemple magistral par sa facture déjà classique, le raffinement de son écriture, notamment dans les deux premiers mouvements où le violoncelle développe de charmants duos avec le premier violon…mais la surprise viendra du Finale, un mouvement de tarentelle endiablée, presque « sauvage » parfois.

Créée à Vienne en mars 1807, la Symphonie n°4 passe souvent pour la plus heureuse et détendue (et à ce titre plutôt « mineure) des symphonies de Beethoven. Mais on a surtout l’impression que le maître, brouillant un peu les pistes par rapport à sa précédente symphonie (« l’Héroïque »), y expérimente de nouvelles énergies, d’autres dialectiques du sentiment.

Le contraste entre la mystérieuse et « mahlérienne » introduction lente et la vigueur enjouée du début de l’Allegro en est un exemple frappant, tout comme les violents contrastes dynamiques du Scherzo, les accents rageurs qui traversent le « joyeux » moto perpetuo du Finale…

C’est cependant l’Adagio (dont Berlioz disait « qu’il surpasse tout ce que l’imagination la plus brûlante pourra jamais rêver de tendresse et de volupté ») qui représente le moment le plus stupéfiant de cette magnifique symphonie. Et l’on s’interrogera toujours sur l’énigmatique martèlement rythmique ostinato accompagnant la merveilleuse mélodie principale : comme si quelque chose d’implacable et d’énorme participait aussi au chant de l’amour.

PARTENAIRES

PHOTOS & VIDÉOS
DU CONCERT